Suivi RSS :
Articles
Commentaires

Chers amis,

 

Mon silence relatif de ces dernières semaines est loin d’être un “abandon de poste “! Je vous avais promis de vous faire partager l’évolution de l’album à venir, et cette période a été riche en évènements… Je me suis penché sur l’écritoire, et j’ai retravaillé presque toutes les chansons déjà écrites pour peaufiner un vers, un accord de passage, densifier un texte… Jamais je crois, je n’ai autant revisité mes chansons que sur ce disque à venir. Et puis il y a eu des rencontres. Depuis longtemps, nous écoutions du coin de l’oeil les belles chansons d’Art Mengo. Ses disques faisaient partie de nos étés, de nos voyages. “Ultramarine” sur l’album précédent, “Embargo” sur le dernier (Entre mes guillemets) de petites merveilles que nous savourons Noëlle et moi régulièrement en voiture, en vacances, et que je vous recommande chaudement de déguster… Nous étions allés le voir chanter à l’Olympia l’année dernière. Excellent. L’idée de faire une chanson ensemble pour cet album est née tout naturellement, encore fallait-il la concrétiser… Je lui ai simplement envoyé trois textes, il en a choisi un, et nous nous sommes parlé par téléphone (c’est loin Toulouse !) écrit par mail… Ca y est, la musique est faite, elle est belle. Nous continuons à échanger pour améliorer encore le détail, l’esprit de l’accompagnement, la découpe, les arpèges de guitare… et j’ai hâte de pouvoir vous faire découvrir cette collaboration fructueuse…

L’amitié avec Véronique Sanson ne date pas d’hier. Elle s’est bâtie autour de nombreux et fréquents échanges au fil des années. Elle m’avait offert sa participation pour le spectacle “Tournée acoustique”, où nous faisions ensemble un duo virtuel sur “Mélancolie” , entre l’écran et la scène, et où nous saluions ensemble à la fin dans l’image… J’étais venu aux Francofolies de La Rochelle participer à “La Fête à Véro” pour lui chanter “Mon voisin”, une chanson qu’elle avait écrite avec Violaine, sa soeur, et que je chantais depuis longtemps sans savoir qu’elle était d’elle… Je voulais depuis longtemps lui proposer d’écrire une chanson ensemble…. Nous avons franchi le pas et fait la musique cette semaine, dans sa maison au bord de l’eau, à quatre mains au piano… Un pur bonheur.

Michel FUGAIN

La semaine passée, nous avons fait une escale de deux jours chez Michel Fugain en Haute Corse et partagé des moments délicieux de musique, d’amitié autour de la guitare, du piano magnifique… Il avait dit “ce n’est pas une invitation, c’est une obligation !..” et nous avons été reçus à bras et à coeurs ouverts… Il achève actuellement son livre (“Des rires et une larme…”) qui doit sortir à l’automne, en prélude à son nouveau spectacle de rentrée à Paris.

Le studio…

J’écris, je compose, je joue du piano et de la guitare pour être fin prêt en septembre et commencer à enregistrer. Notre été sera studieux et familial, rempli d’ouvrage. Toute l’équipe est au travail. Ce silence est bruissant de préparatifs, fébrile et heureux. A très vite avec les chansons…

Yves

Alfred Dreyfus dans son jardin (vers 1908)Le 12 juillet 1906, au terme de douze années de combats, le capitaine Alfred Dreyfus, injustement accusé de trahison, était réhabilité par la Cour de cassation. Le site Internet que le ministère de la Culture et de la Communication consacre à cet événement retrace le périple judiciaire qui a conduit à la victoire de la justice et de la vérité. Le site évoque le contexte politique et idéologique de l’Affaire qui a profondément marqué l’histoire de France au seuil du XXe siècle, l’histoire de la famille Dreyfus issue de la communauté juive de Mulhouse, ainsi que la postérité de ce combat qui a vu le triomphe du droit sur la raison d’État et le progrès des droits de l’homme.

Parcours illustré de nombreuses sources ainsi que de modules interactifs spécialement développés pour la publication multimédia, le site constitue une mémoire unique et originale. Il réunit les fonds et collections de plus de trente institutions et s’est enrichi de l’apport des manifestations du centenaire de la réhabilitation. Une médiathèque offre l’accès à quelque 600 archives et documents iconographiques ou sonores, dont certains sont peu connus ou inédits. Une galerie de portraits des personnalités engagées donne une vision des deux camps qui s’opposèrent en France au seuil du XXe siècle.

Réalisé sous la direction de l’historien Charles-Louis Foulon, le site est remarquable par son ampleur, le soin apporté à sa réalisation, la richesse des documents qu’il présente…

http://www.dreyfus.culture.fr

Lundi 11 Juin, le Théâtre de la Porte Saint Martin à Paris était comble, à l’occasion de la deuxième édition du Prix Claude Lemesle, organisé par la SACEM avec de nombreux partenaires, en hommage à Pierre Delanoë, qui nous a quitté en janvier cette année.


Auteur de 5000 chansons, dont au moins 500 grands succès, Pierre restera pour tous les auteurs de chansons une référence absolue de talent, de foisonnement d’idées, de diversité. Grande gueule, et grande plume, il a marqué d’une empreinte profonde plusieurs générations d’artistes, et créé sans le savoir une émulation permanente, qui nous fait secrètement envier les plus belles de ses chansons. “Le Bal des Laze” (pour Michel Polnareff), “Nathalie”, “Et maintenant”, (pour Gilbert Bécaud) “Je n’aurai pas le temps”, “La belle histoire” (pour Michel Fugain), “La fille du Nord” ou “Santiano” (pour Hugues Auffray), “Soirées de Princes” pour Jean Claude Pascal…

Et puis il a été un ardent défenseur de notre métier en tant que Président de la SACEM…

La première partie de la soirée a consacré une jeune artiste , “Za”, qui nous a offert une très belle chanson “Mai en moi” qui lui a valu de repartir avec le trophée du “Prix Claude Lemesle 2007”.

La seconde partie était un hommage particulièrement émouvant rendu par de nombreux artistes parmi lesquels Marcel Amont, Hugues Auffray, Chimène Badi, Didier Barbelivien, Alain Chamfort, Alice Dona, Michel Fugain, Didier Gustin, Jeane Manson, Nicoletta, Francis Perrin, François Valéry, Hervé Vilard…

En chantant “Soirée de Princes” sur cette scène, devant les siens, j’ai revécu le moment où j’avais chanté cette chanson avec Pierre. Je me suis souvenu de la lettre que je lui avais adressé à sa mort, et que Sylvie, sa fille, avait lu pour ses obsèques… la voici.

Très cher Pierre,

T’écrire une lettre pour te rendre hommage, c’est un peu comme offrir une poésie à Victor Hugo… Tu ne la liras jamais, mais ça fait longtemps que tu écoutes par-dessus notre épaule quand on fait nos chansons… Tu nous as tous vus naître, artistiquement chantant, et si nous passions la rampe, au crible de ton sens critique acéré, c’était comme un adoubement implicite de ta part. Ainsi, tu as eu beaucoup d’enfants, des enfants de cœur, qui t’accompagnent aujourd’hui à Saint Pierre de Neuilly. Saint Pierre… Pouvait-on faire moins ? Même au paradis, on ne met pas les paroliers au Panthéon, mais le visage que certains d’entre eux ont forgé de leur époque est une mémoire collective qui traverse le temps et les générations. Il en sera ainsi pour toi. Pas seulement par les milliers de chansons que tu as écrites, mais aussi par le regard que tu as porté sur ton métier d’auteur, et qui nous laisse un testament de la méthode. Tu n’étais pas seulement le plus prolifique, tu étais aussi le meilleur. Tes coups de gueule étaient féroces, tes coups de cœur ardents, et pas un seul d’entre nous ne peut renier ce qu’il te doit. J’ai chanté « Nathalie » bien avant d’écrire ma première chanson, et je chanterai encore « Le Bal des Laze» ou « Je n’aurai pas le temps » avant qu’il ne soit longtemps. Ta chaise va nous sembler bien vide, mais ce ne sera qu’un tour de magicien. Maître chanteur, tu déposeras encore à la SACEM des milliers de poèmes, semés dans nos stylos par l’encre sympathique que tu y as versé sans cesse, en mettant ton talent au service de celui des autres… Ta voix profonde cadrait peu avec l’air du temps, mais elle parlait juste, et fort. Tu défendais notre profession en vers et contre tout, vent debout à la proue du bateau. Tu fuyais le succès, qui ne cessait pourtant de te rattraper, et tu cherchais la rime la plus belle, en tournant mille et mille fois ta langue française dans ton palais. Je nous revois chanter ensemble « Soirées de Princes ». Je savais combien cette chanson t’était précieuse, c’était aussi ma préférée… Avoir pu ainsi te rendre hommage de ton vivant était un grand honneur.
Aujourd’hui, pour nous tous, il gèle à Pierre tendre. Tu emportes avec toi le respect de toutes les générations dont tu as nourri l’exigence, et tu avais mis la barre très haut. Merci, et bravo.
Adieu, très cher Pierre, et à très bientôt. Tu n’es mort que dans la vie. Sur le papier, sans épée ni paillettes, tu es devenu un immortel de l’académie la plus belle, aux côtés de Verlaine et de Mimi Pinson…
Et le spectacle continue…
Yves

Page 53 sur 55« Début...102030...5152535455


3 Guests, 2 Bots