Un très grand merci à tous… La soirée du 7 avril à l’Européen restera pour moi un grand moment de magie, de partage, de superbes retrouvailles, vraiment…. Au delà de la présentation des chansons, c’était aussi le jour du passage de la flamme olympique à Paris, je ne pouvais rester silencieux… Beaucoup d’entre vous m’ont demandé le texte du début du concert… Le voici.

“Merci d’être venus découvrir les chansons de mon nouvel album (fr)agiles ce soir à L’Européen. Aujourd’hui 7 avril 2008, la flamme Olympique traverse Paris, capitale des Droits de l’Homme et berceau de l’Olympisme. La flamme, symbole de partage, d’ouverture et de loyauté, porte en elle l’espoir d’une humanité plus fraternelle, plus respectueuse, et l’empreinte d’une épreuve pacifique où le meilleur l’emporte. Aujourd’hui, on ne peut s’empêcher de songer au Tibet, pays libre, muselé par la violence, écrasé dans sa culture, sa spiritualité, anéanti par son puissant voisin qui fête aujourd’hui face au monde entier, les valeurs qu’il bafoue quotidiennement depuis cinquante ans au Tibet. À Paris comme ailleurs, on ne peut rester silencieux au passage de cette flamme qui rassemble, qui rayonne et qui réchauffe, quand elle porte le visage de l’injustice, du mensonge et de la violence. Le Tibet, médaille de la survie, de la résistance à l’oppression, de l’endurance à la torture, se débat devant l’impuissance des nations à mettre fin à son calvaire. « (Fr)agiles » est aussi le titre du Tibet. Ce combat est le nôtre avec Noëlle depuis vingt ans. Ce soir plus que jamais, nous pouvons unir nos forces et nos pensées pour dédier à ce pays et à son peuple un moment de solidarité et d’espérance à travers cette soirée. J’ai écrit en 1997 une chanson pour Ngawang SANGDROL, jeune Tibétaine emprisonnée à l’âge de 11 ans et condamnée à 24 ans de prison pour avoir chanté sa soif de liberté. Elle a été libérée sous la pression de l’opinion internationale. Rien n’est donc impossible.

Le drapeau tibétain à Précy…Pour que l’or de la conscience soit plus fort que l’argent des affaires, et pour que la spiritualité tibétaine reste un trésor de l’Humanité, ayons ensemble une pensée pour ce peuple, en lui offrant notre solidarité pour faire obstacle au silence des Nations.
Ne laissons pas la flamme olympique asphyxier l’espoir au Tibet.”

Et pour que le propos soit complet, le drapeau tibétain flotte sur la mairie de Précy… “Pour un monde meilleur…”

Partager :